Lutte contre les faux médicaments au Bénin : quatre ans de prison ferme pour sept « grossistes »

Sept responsables de sociétés qui se répartissent la distribution des médicaments entre les pharmacies au Bénin ont été condamnés ce mardi à quatre ans de prison ferme et à des dommages et intérêts, par le tribunal de première instance de Cotonou, à l’issue d’un procès qui aura duré moins d’un mois.

Les sept responsables de sociétés chargées de distribuer les médicaments entre les pharmacies béninoises ont été condamnés ce mardi 13 mars pour « vente de médicaments falsifiés, exposition, détention en vue de vente, mise en vente ou vente de substances médicamenteuses falsifiées », par le tribunal de première instance de Cotonou. Ils devront également verser 100 millions de francs CFA (plus de 152 000 euros) à l’État béninois.

Ceux-ci avaient été incarcérés le 20 février dernier, après la découverte et la saisie par la police judiciaire, en décembre 2017, de plus de 94 tonnes de médicaments dans plusieurs entrepôts signalés comme étant la propriété du député Atao Hinnouho. Ce dernier est depuis en cavale et deux prévenus, présentés comme étant ses collaborateurs, ont été condamnés ce mardi matin à des peines de six mois de prison ferme.

Seul le directeur des Pharmacies, des médicaments et des explorations diagnostiques (DPMED) a été relaxé. Celui-ci avait été poursuivi pour n’avoir pas su, au regard de sa fonction, veiller sur le marché et « empêcher la commission de ces infractions ».

Près de 104 tonnes de médicaments saisies fin 2017

Le Bénin, considéré, avec le Nigeria, comme la plaque tournante du trafic de faux médicaments en Afrique de l’Ouest, tente de lutter contre ce commerce illicite, notamment depuis l’arrivée au pouvoir du président Patrice Talon, en avril 2016.

Certains dénoncent le réveil tardif de l’État ou critiquent l’absence de mesures d’accompagnement

L’opération PANGEA IX, initiée par l’Organisation internationale de la police criminelle (OIPC-Interpol) pour lutter contre la criminalité pharmaceutique et lancée par le Bénin, le vendredi 24 février 2017, a par exemple permis le démantèlement de plusieurs marchés illicites de médicaments, dont les plus emblématiques étaient situés à Cotonou et à Porto-Novo. Selon les chiffres officiels, cette opération a abouti à la saisie d’environ 104 tonnes de médicaments qui ont été officiellement incinérées en octobre 2017.

Lors du procès qui a pris fin ce mardi, certains consommateurs ont été choqués de découvrir que le trafic ne concernait pas uniquement la rue, mais que les pharmacies y étaient également mêlées. Des voix s’élèvent cependant, soit pour dénoncer le réveil tardif de l’État, qui a trop longtemps toléré ce commerce exercé au vu et au su de tous, soit pour critiquer l’absence de mesures d’accompagnement aux « bonnes dames », dont l’activité a été brutalement enrayée.

Rappelons que, d’après l’OMS, sept médicaments sur dix en Afrique sont des contrefaçons. Un fléau qui tue près de 100 000 personnes chaque année dans cette partie du monde.

Source: www.jeuneafrique.com

  • tags

Récents posts

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*